Notre Monde dans tous ses Etats

Notre Monde dans tous ses Etats

21 bis - Rupture (Suite et fin)

Après s'être savonnée Patricia, coupa le robinet d'eau chaude. Elle se mit à respirer par à coup dans n'importe quel sens en se frottant partout avec ses mains. Des petites lumières brillaient dans sa tête. Elle coupa l'eau froide avant de mourir. Quand le rideau s'ouvrit d'un coup sec on pouvait voir un sacré corps de femme qui claquait des dents. Elle se frictionna vigoureusement, cavala à poil dans la chambre et enfila un pull. Elle attrapa sa jupe verte, la balança directement dans la machine au passage et fila dans le salon pour y trouver de quoi fumer. Elle tomba sur le mot d'Alain. « JE DESCENDS CHEZ HELENE. JE NE SAIS PAS POUR COMBIEN DE TEMPS. J'AI BESOIN DE REPRENDRE MON SOUFFLE. JE T'APPELLERAIS. JE T'EMBRASSE.

Merde ! Il avait embarqué les cigarettes. Elle récupéra un bon mégot et tira dessus pour lui redonner forme. Elle fila dans la chambre, s'empara du téléphone, s'installa par terre le dos contre le lit, alluma le mégot et composa le numéro de Jean. «  Salut c'est moi. » … « Il l'a pris comme il a pu » … « Qu'est ce que tu veux qu'il me dise, j'ai pas envie de parler de ça, j'en ai marre, me parle plus de ça ! » … « Je ne sais pas, je crois que je vais plutôt rester ici ce soir, j'ai besoin d'être un peu seule. » … « D'accord, t'inquiète pas. » … « Moi aussi, je t'embrasse, au revoir, …, hé Jean ! » BIP BIP BIP répondit le téléphone. Elle raccrocha pendant que le « Je t'aime » restait à pendouiller au fond de son crâne. Elle tordit définitivement le cou au mégot et se retrouva plantée dans le silence. Elle glissa Rachell Ferrell dans le lecteur : Voix, piano et contre basse dans un tempo jazz, emmené par la voix sensuelle de la chanteuse. Elle ajusta le bouton du volume sur 2. Pile ce q'il lui fallait. La musique coulait directement dans ses oreilles et inondait son cerveau à la fois de paix et de liberté. Pile ce qu'il lui fallait. Vraiment pile poile.

Elle alla chercher une lime à ongle et les passa tous en revue, arrondissant par ci, repoussant les petites peaux par là. Elle étala du rouge dessus, et finit par secouer ses mains comme pour faire du vent. Elle admira le résultat, puis jeta un coup d'œil circulaire sur la pièce. Quant tout fût sec, elle agrippa le téléphone.

 

-         Tu viens me chercher ?!



10/09/2007
7 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 32 autres membres